Forums / Topics des membres / Pourquoi un 1200 bandit en 2021 ? - Motos Bandit-Forum.com
charte forum | contact 
 
 X 
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
 
Connexion Automatique



Connexion classique | Mot de passe oublié
 Infos
En ligne:
Visiteurs: 77 | Membres: 0
 
Membres: 11655
Dernier: Alexmrh
 Forums
Forum ( PREMIERS PAS SUR LE FORUM - /!\ Visite OBLIGATOIRE /!\ ) :: Topics des membres
 
Pourquoi un 1200 bandit en 2021 ?
roland
Hors ligne
jeu. 11 févr. 2021, 19:45

Membre enregistré #11781

Résidence: Glanges 87
Modèle :1200S
Messages: 64
Ca, c’est une bonne question, non ?

Ce 1200 bandit Bleu candy de 1997 est ma quinzième moto. Et elle a pour moi comme un goût de madeleine de Proust…

Cela fait quelques années déjà que je ne roulais plus qu’en Italienne et depuis plus longtemps encore que je privilégie les bicylindres… Ma première machine était une Honda 125 Twin (les premières) et la dernière une Ducati 1000 Multistrada. J’ai eu aussi un gromono, un tricylindre à une époque où personne n’imaginait que Triumph ressortirait des limbes… Vous l’aurez compris, je suis un vieux (motard!). Et j’assume… enfin, je crois.

Je réalise bien qu’après la Ducat’, j’ai trahi la cause, même si je fais toujours partie du MCF. Mais bon, je devais arrêter la moto, suite à des séquelles liées à une rencontre fortuite et néanmoins désagréable avec un train, certaines parties de mon individu supportant mal les vibrations et autres rebonds divers dus à des suspensions perfectibles (j’aime bien rouler avec des suspattes assez raides).

La Multi revendue à la fin de l’été à un couple super gentil, j’étais plutôt content de moi, jusqu’à ce que, les semaines passant, je m’aperçoive qu’une curieuse gestuelle se manifestait dans mon quotidien, le plus souvent assis. Je me retrouvai d’un coup les fesses en porte-à-faux à côté de mon siège, le poignet droit effectuant des rotations frénétiques, avec des souvenirs flous des dernières minutes passées allez savoir comment et des mouvements convulsifs de la main et du pied gauches... Après consultation, la médecine s’avouait dépassée par les symptômes trop mystérieux d’une maladie visiblement non-contagieuse mais toutefois assez perturbante.
Ma tendre moitié, qui me connaît un petit peu a, elle, émis un diagnostic péremptoire mais judicieux suivi d’une ordonnance dont je vous livre la teneur, débarrassée des sarcasmes et ironies diverses : une à deux heures de « Bon Coin » par jour, rubrique vieilles pétoires, visites régulières sur des sites d’infos et forums spécialisés vroum-vroum pouêt-pouêt pour éviter les rechutes, et achat rapide du médicament, si possible en version générique ET remboursée. Après questionnement de ma mutuelle qui m’a ri au nez, ce ne sera pas remboursé. Pourtant...
Bref, restait à trouver un budget parce que celui de la Rouge, je l’avais déjà claqué dans des roues carbone hand-made pour mon coursier et un gravel en GRX pour faire l’andouille dans les chemins roulants.
Du coup n’ayant pas trop de budget pour racheter une bécane , je me suis orienté vers les vieux coucous et j’ai pu constater qu’entre une Triumph Sprint (le 955 cc), une Honda VFR RC 36 phase 2 et une 1200 Bandit S d’avant 2001, la moins chère, celle pour laquelle les pièces sont les plus dispos à pas cher et dont les réglages sont les plus aisés (carbus mikuni, écrous de réglages sur les linguets, le minimum d’électronique)… ben c’est la Bandit.

Suivant les prescriptions Catheriniennes, j’ai commencé à fureter sur les sites de vente vers début novembre pour me faire une idée, comme ça sans véritable intention, puis début janvier, j’ai trouvé plusieurs modèles pas trop chers, autour de 2000 balles. Je suis allé en voir un près d’Issoire : gris, 50 et quelques mille kilomètres, 2100 balles .
Mais pourquoi y suis-je allé? J’aime paaaaas les véhicules gris. Faut quand même préciser que c’est une détestation rationnelle étayée par des arguments objectifs parfaitement recevables qui sont les suivants : les engins gris, y’en a partout ! On les voit pas dans les rétros qu’on soit en bagnole en moto ou en vélo. Le gris, c’est moche et triste il n’y a que dans les cortèges d’enterrement qu’elles paraissent à leur place.
De plus, il y’avait de la neige comme pas possible pour traverser le Massif Central, assez pour être obligé d’attendre un chasse-neige permettant de franchir certains endroits, et pour finir, le gars au téléphone ne m’inspirait pas trop.
Sur place, la machine avait un moteur baladeur, fixations avant desserrées et écrous mascandés, un ralenti carré et elle était entretenue par un « préparateur » aux dires du propriétaire qui ne manquait pas d’air mais qui s’est montré très surpris quand je lui ai expliqué que, ben non, j’allais pas l’essayer, ayant peur de perdre le moteur en roulant et n’ayant pas envie de me taper une synchro avant l’essai. 7 heures de route pour rien même si c’est beau toute cette neige...

Malheureusement, c’était quand même la moins loin des heureuses élues de ma sélection, les autres étant vers Bordeaux ou le Jura, à Nice, voire en Normandie ou … en Saône-et-Loire !
Une « bleu  candy métallisé », à un peu plus de 1600 balles, près de Châlon-sur-Saône. Vraiment pas très chère. Mais plus de 10 heures de route aller-retour.

Après longue réflexion (4-5 minutes), j’appelle le propriétaire et prend rendez-vous pour le dimanche fin de matinée. Une bonne impression au téléphone, on papote un peu sur les motos et les vieux, aussi un peu l’entretien de la machine, ses petits défauts, tout ça. Je fais vite fait une simulation sur Mappy et on prend rendez-vous pour le dimanche à onze heures. La difficulté étant d’avoir le temps dans la journée – entre 6h et 18h – de faire l’aller retour et de voir la machine tranquillement.
Pour la route, dont 180 bornes d’autoroute plus ou moins verglacée – en fait, plus - avec une remorque double essieu (facile!) sur un peu plus de 400, j’arrive un peu avant onze heures sous un grand soleil glacé (mini à -10 sur la route, et -2 à l’arrivée). Il me sort la moto,qui est froide comme je lui avais demandé, un petit tour de la machine, pneus, freins, kit-chaîne, recherche de trace sur le cadre, de fuites éventuelles, tout est OK. Démarrage de la pétoire, elle fait un peu de bruit de distribution, mais tourne très rond, les bruits s’estompent au bout de deux minutes, mais le bruit résiduel laisse à penser qu’il faudra faire le jeu aux soupapes. Par contre, ralenti impeccable. A noter que la machine est encore avec son échappement d’origine. le propriétaire et sa famille sont plutôt sympas. L’essai est concluant, malgré un manque de peps flagrant entre 3500 et 5000 tours. Mon ancien Bandit avait aussi ce souci-là, lié à l’échappement. La famille qui m’acueille est très sympa comme le coup de fil me laissait l’imaginer. La moto me plaît vraiment, surtout au prix proposé. Je sais déjà que je vais avoir un peu de travail de mise en état, de cosmétique et d’amélioration, notamment pour le freinage et les suspensions mais globalement elle est en très bonne forme pour 23 ans. Je suis assez étonné du prix, car je m’attendais à trouver un problème inavoué, mais non, je ne trouve rien d’inquiétant. Du coup, je marchande un peu mais très peu pour le principe et je la range sur ma remorque pour 1600 balles.
Après être rentré j’ai dû un peu bosser sur la machine. Un gros nettoyage pour commencer, car elle n’avait pas vu une éponge depuis pas mal de temps, puis un inventaire soigné de tout ce qui n’allait pas : lumières des compteurs et cligno, veilleuses, soupapes déréglées et distribution bruyante, fourche hyper molle, amortisseur arrière dur-dur-dur.
Pour les deux derniers points, ça fait une tenue de route bizarre après une Multistrada, surtout avec le cadre pas très rigide de la Bandit.
Finalement, après réglage des soupapes, tension du tendeur de chaîne de distrib’ qui était bloqué, remplacement de toutes les ampoules par des Leds (sauf H4 et stop), vidanges et réglages d’amortisseurs, je lui ai payé aussi un nouveau silencieux MIVV Titane (homologué pour la Grande-Bretagne E11, mais Italien, allez comprendre).
Du coup, le moteur a retrouvé son enthousiasme et des montées en régime dynamiques, pour une dépense dans mes moyens ( à ce moment-là...).
Le souci, c’est que j’ai craqué pour un EMC Sportshock 1 avec réglage hydraulique, des ressorts hyperpro pour la fourche et deux trois autres bricoles un peu coûteuses… mais indispensables, comme on peut s’en douter !
Je me suis surtout aperçu qu’elle freinait que dalle. Donc, hop, pose de durit aviation, l’avant c’est mieux, mais l’arrière reste minable. Suis donc la commande d’un kit réparation de maître-cylindre avant et arrière et de plaquettes plus agressives.
J’ai reporté à plus tard l’installation du K&N avec le kit dynojet que je projetais...
L’idée, c’est de rendre à la Bandit sa meilleure forme mécanique en lui ajoutant une qualité de partie-cycle la plus proche possible des critères actuels, parce que, c’est rigolo, mais si je gardais un souvenir ému de ma 1200 Bandit que je me suis fait faucher en 1998, avec son moteur sympa et les belles virées faites à l’époque, j’avais complètement zappé sa lourdeur et son côté primesautier en courbe…
Ceci dit, aujourd’hui, nième test de l’outil, qui - enfin – se montre rassurant et permet d’envoyer un peu plus. L’EMC se révèle vraiment très efficace et j’ai trouvé un bon équilibre avec l’avant (bon c’est un peu inutile, car les ressorts hyperpro arrivent demain!). Je peux du coup pencher et utiliser le moteur en courbe sans craindre de rebondir dans un fossé ou des barbelés, même si c’est moins grave en cette saison, les vaches étant en stabulation.

Bravo à tous ceux qui seront arrivés à lire jusque là, il n’y a malheureusement rien à gagner…
La suite à un prochain épisode…

Flûte, j’oubliais la madeleine de Proust : on a donc eu un Bandit à la fin des années 90, qu’on nous a tiré je jour de mes 40 ans (youpiiii!), et ma femme et moi, on adorait cette moto à l’époque, malgré nos gabarits différents (35 cm et kg) qui ne jouaient pas en sa faveur.
Nostalgie-nostalgie...

[ Édité jeu. 11 févr. 2021, 22:16 ]
 
DémonYak
Hors ligne
jeu. 11 févr. 2021, 23:37

Membre enregistré #11440

Résidence: Masseube
Modèle :600N
Messages: 39
Magnifique récit !
Je vous souhaite bien du bonheur et de longues virées dès que les éléments le permettront (et peut-être aussi un certain virus)

Bonne route
 
Bigtriple
Hors ligne
ven. 12 févr. 2021, 01:07

Membre enregistré #11260

Résidence: Bergerac
Modèle :1200S
Messages: 121
Ouah quelle belle prose qui n'a pas oublié son franc parlé et qui plaît plus à être lue qu'à s'écouter écrire comme nombre de plumes nombrilistes qui dès qu'elles s'éloignent de fessebouc et des réseaux sociaux pour QI à deux chiffres, se gargarisent de leur savoir autoproclamé plus prompt à prendre des photos de leurs prodiges lobotomisés au bolchevisme scolaire en train faire des prouesses navrantes de nullité à base de colliers de nouilles et de danses exotiques toujours prêtes à renier nos racines et qui plus est fieres de l'afficher devant l'admiration indigente d'un public abruti par le progressisme égalitariste plus soucieux de n'opprimer personne que de créer de l'excellence qu'il a lui même détruite jusqu'aux racines ....

Bref un vrai plaisir à lire. Une madeleine de Proust que je partage en apportant le café dans lequel on pourra les tremper pour profiter du moment et retarder la satiété.

Trêve de plumes, j'ai le même parcours d'un vieux con qui s'est résigné à l'idée illusoire de renier cette propension pathologique à vouloir tordre le caoutchouc droit et tricoter du pied gauche plus par plaisir de faire chanter les cylindres que par soucis d'efficacité.

Après une trentaine de machines et autant d'années à essayer de tasser mon gros fion sur des selles pas plus grosses que des tapis de souris sur des sportives (beaucoup de Gex 1000 ....vraiment beaucoup ... Trop même ) j'ai quitté le bitume des pistes pour essayer de le calmer à grands coups de speed triple et autres superduke qui se sont passé alternativement le flambeau à mesure que les nouveaux modèles sortaient. ....grave erreur que d'imaginer que des motos qui n'avaient pas été conçues pour autre chose que de rouler à la verticale et faire de chaque bout de route à chèvres une demi spéciale de l'Ile de Man aurait pu assagir un quadragénaire qui a oublié ses neurones entre une caisse de Lego et une boîte de playmobil dans une vaste époque où l'insouciance était encore un concept Français valide et d'actualité...

c'est madame et son ventre fécond qui m'a rappelé à mon triste destin de mortel et en bon papa dégarni j'ai fini par choisir le break et ses dorénavant 7 places pour honorer mon rôle de père responsable et d'homme progressiste à la virilité honteuse et bien rang.........cccccjjfkgbflodlnebfifor....

mais qu'est ce que je raconte moi bordel ?? ....mais n'importe quoi. !!!

Ça m'a cassé tellement les rouleaux de me contenter d'une lourde et chiante boîte à roues que je n'ai pas pu me retenir un an après avoir revendu mon dernier trois pattes qui lui même avait succédé à un deux pattes autrichien, et j'ai fini par craquer et prétexter l'amour de la mécanique , qui bien ingrate n'a jamais voulu me le rendre , pour faire accepter l'idée à Madame que démonter des brelons de plus de 20 ans était un noble hobby...

Ouais bon...un zzr par ci, une inazuma par là, un dr650 ici, ....j'ai fini par me restaurer au moindre roulement un 1200 bandit gris...oui gris...bordel un gris ...mais LE gris ....! Ok ?

Quelques coups de clef de 12, un jeu aux soupapes, un nettoyage en profondeur, toutes les vidanges possibles avec une huile de marque Komilfo , les graissages qui glissent , une paire de ressorts hyperpro, un sportshock 1 dans l'oignon, des caoutchoucs qui collent au paquet , un guidon qui va bien, un kit chaine, un feu led, des clignos led, une bulle double courbure, un échappement qui chante et les réglages pour que ça souffle plus fort qu'un breton en sortie de soirée chez Guy flej et toukeskivabien pour que ça roule tout droit et n'aie pas peur d'Angler comme un goret qui veut gagner la spéciale du dimanche sur la route du boulanger le plus loin du village , me voilà fier comme Artaban sur mon destrier plus prompt à faire mentir les bobo écolos avec leurs Fenwick a 4 roues et au bilan carbone de porte avion avant même le premier km, et prêt à prouver au monde entier que l'essence même de l'écologie c'est éviter de produire sans arrêt plus et faire que ce qui est continue à l'être le plus longtemps possible.

Fini le comportement d'un tonneau a moitié vide en courbe du b22 d'origine, finis les freinages qui nous font soudainement croire en n'importe quel dieu pour peu qu'il nous évite de finir en tarte au mur (oui oui au singulier c'est pas une faute) ou comme un moustique avec le cul qui passe par la tête , finies ces entrés en virage sur les freins à croiser les skis ...voilà une moto saine , rassurante, pas sportive pour un sou mais suffisamment rigide pour enrouler avec plaisir sur les routes de Dordogne et slalomer entre les touristes anglais qui ont parfois oublié de quel côté il faut rester, et les touristes hollandais si reconnaissables à ces chaussettes immaculées qui semblent vouloir quitter des sandales ajourées décidément trop vintage pour oser encore s'afficher sur autre chose que des panards de zadistes à dredlock convaincus de faire le bien avec tant que nos impôts les financent ... Ouf ... Je suis sauf et j'ai enfin la banane

Voici mon modeste témoignage pour accompagner tes madeleines de mon café définitivement froid à force de trop parler mais qui fait bien plaisir à exorciser tant l'amour que mon bandit me renvoie m'emplit de plaisir chaque fois que je peux le partager.

Envoie nous vite des photos de ta machine que l'on se projette depuis les premiers pas de ta restauration jusqu'à tes dernières tentatives de genoux voire de coude dans le grand droit d'une route encore épargné par les bandits manchots de la nouvelle ère du "progrès" ...
 
roland
Hors ligne
ven. 12 févr. 2021, 12:09

Membre enregistré #11781

Résidence: Glanges 87
Modèle :1200S
Messages: 64
La voilà !



 
philou09
Hors ligne
ven. 12 févr. 2021, 18:17

Membre enregistré #11219

Résidence: ariege
Modèle :1250S
Messages: 119
salut roland j'avais exactement la même en 96 de cette couleur avec un pot relevée frc , tu va te régaler ,quel moteur
 
LAFESSE
Hors ligne
ven. 12 févr. 2021, 19:19

Membre enregistré #11188

Résidence: PAVILLY
Modèle :1200N
Messages: 100
Salut à tous, je plussoie à tout ce qui vient d'être si joliment décrit. Quel plaisir ce B 12 et son coffre légendaire, quel régal ce p'tit coup de pied au fondement quand on grimpe dans les zones interdites, et quel bonheur de rouler sur ce type de machine simplissime et tellement attachante... Merci à vous pour ces petits rappels !
 
Fdehays
Hors ligne
lun. 15 févr. 2021, 17:10

Membre enregistré #9556

Résidence: Val d'Oise 95
Modèle :650S
Messages: 1423
Chouette récit, merci...
 
roland
Hors ligne
mar. 16 févr. 2021, 17:58

Membre enregistré #11781

Résidence: Glanges 87
Modèle :1200S
Messages: 64
Episode II

Après quelques journées de travaux, essai cet après-midi avec ma fifille en passagère/pilote bis.

Bon, j’ai passé pas mal de temps pour finir de préparer la bête.
Dépose re pose de la fourche avec vidange. J’avais provisoirement mis de l’huile 15w dans les fourreaux, elle a déjà pris une belle couleur marron sale, ce qui laisse à penser qu’il devait y rester pas mal de boues vu que j’ai dû faire deux ou trois cents bornes avec. Les ressorts Hyperpro sont montés avec une huile 20W (pour voir si c’est pas trop visqueux). La recommandation d’Hyperpro est 190 mm du bord des plongeurs enfoncés à toc, alors que le manuel d’atelier préconisait 99 mm pour les ressorts d’origine. La différence s’explique pas les diamètres différents des spires et leur nombre. Je règle la compression des ressorts au milieu (2 crans et demi), et j’enfonce les tubes dans les tés de 12 mm, histoire de gagner un peu en maniabilité.
Lors de l’essai, concluant, les petites aspérités de la route ne se sentent plus dans les bras, la roue avant est devenue plus facile à placer et surtout, j’arrive - enfin – à rester sur une trajectoire sans rodéo de l’arrière (réglage des EMC ressort à 3 sur la bonbonne de pré-compression hydraulique, amortissement à 13 sur 26). De plus je peux maintenant corriger facilement une erreur de trajectoire alors qu’avant, j’essayais juste de rester dans le virage…
Mais, parce qu’il y a un mais, maintenant que j’arrive à rouler un peu plus vite, il se révèle que le freinage est vraiment léger-léger, malgré le montage des durits aviation. Pfff…
Hop, commande de kit réparation des maîtres-cylindres émetteurs avant et arrière et de plaquettes tendres pour l’arrière (elles sont pas mal usées et l’arrière, ben je vois pas trop la différence avec ou sans le pied à fond dedans…). Réception des pièces deux jours plus tard et journée freins le lendemain. Journée parce que visiblement, je suis le premier à m’intéresser aux maîtres-cylindres. L’arrière est pourri de rouille : il me faut une bonne heure pour dégager le circlip qui retient le piston et une autre pour nettoyer correctement tout ça.

En aparté, ok, j’ai des journées de retraité qui commencent à dix heures du mat’, mais faut bien que je prenne mon p’tit déj’, que je bouquine un peu tranquille et que je rêvasse devant ma porte-fenêtre en admirant le paysage et les p’tit oiseaux qui viennent boulotter dans les mangeoires du jardin. C’est un gros boulot, la retraite. La grange est pas trop chauffée non plus et j’ai du mal à travailler en moufles en début de matinée… en tout bonne foi !

Finalement, essai et réglage de la course en fin de journée (de retraité). L’avant a retrouvé du mordant qui se confirmera quand je monterai des plaquettes plus performantes type CL – XBK5. Ce sera pour plus tard car mon banquier commence à pleurer… Le frein arrière est parfait pour moi : progressif et il stabilise bien la machine sur des freinages plus violents de l’avant.
Enfin je me décide à faire aussi une synchro des carburateurs. J’ai un Carbtune qui n’a pas servi depuis la Calif’, il y a bien trop longtemps. Après dépose de tout ce qui gêne et installation d’un petit réservoir d’atelier, je branche le Carbtune sur le cylindre trois. Démarrage : la tige métallique du cylindre trois ne bouge pas d’un pet… bon, j’essaie les trois autres successivement : pas mieux.
Je range le Carbtune dans son plastique. En réfléchissant un peu il me semble avoir encore le matos de synchro de la Ducati, à savoir un petit boîtier électronique bien sympa. Quelques recherches plus tard, j’exhume le Twinmax d’un carton. J’avais même stocké la pile 9V à part… Je retourne à la Bandit, assez fier de moi. Il y a des petites satisfactions des fois…
Bon.
Synchro du bestiau. Avant, le moteur tournait rond et le ralenti était stable, toutefois, il s’avère que cela améliore un peu les choses avec une baisse de vibrations nette.
Je jette aussi un coup d’oeil au TPS, Arrrgl ! Complètement déréglé : 5,51 Ohms en fixe et 4,46 Ohms sur la résistance variable au lieu de 4,19 (76% de 5,51). Correction dans le sens des aiguilles d’une montre d’au moins 10°. J’ai pas mesuré mais c’était assez considérable ! Et inattendu !
L’essai qui a suivi, après remontage de tout le bazar, m’a fortement impressionné. Montée en régime beaucoup plus rapide au-delà des trois mille cinq cents tours et baisse considérable des vibrations entre quatre mille et cinq mille tours ! Youpi !
J’ai ensuite posé un lèche-roue commandé chez Delourmel. L’objet était fourni avec le « kit de montage », on imagine tout de suite les pattes inox et la visserie du même métal. Ouais… ben non, hein. Une méchante patte de fixation en alu (mal) tordu, trous peu ou pas ébavurés et coupe bien sales, pas d’équerre. Finition ? Pour quoi faire. Le lèche-roue n’a des avant trous que d’un côté avec des bordures éclatées… J’ai essayé, j’ai pas réussi à saloper autant les trous que j’ai dû percer. Bref, je recommande pas, d’autant que la partie en composite est loin d’être parfaite et aurait un peu besoin d’être rigidifiée.
J’étais content, car c’était pas cher, mais je crois bien que ça l’était encore trop, vu le boulot que j’ai fourni derrière pour en tirer un résultat acceptable. Mais il remplira sa fonction première, protéger l’amortisseur des projections diverses.
Fin des travaux hier soir et cet aprème, vroum balade sous le soleil et par une quinzaine de degré malgré des rafales de vent plutôt violentes.
Nous sommes montés à Vassivière avec un tour du lac émaillé de vues de cartes postales sur les reliefs environnants. Que du bonheur ! La gamine a pris le guidon pendant une partie, histoire que je profite du paysage et elle de la bécane. Elle l’a trouvée un peu lourde mais super confortable. Perso, je n’ai plus grand-chose à lui reprocher sinon le mouvement du cadre sur des grosses compressions, mais La Ducat’ me faisait les mêmes, alors. Pis faut reconnaître que j’avais choisi un itinéraire spécial vélo, où on ne croise que des express rouillés conduits par des petits vieux aux bérets moisis (pas des jeunes retraités comme moi, hein!).
Des revêtements rapiécés, rainurés, drainés ou pas, et surtout bien déglingués, donc. A notre grande surprise, nous sommes rentrés après deux heures et demi de balade avec la banane et des dos et fessiers en parfait état.

Et des bandes de peurs extrêmement réduites.
 
Bigtriple
Hors ligne
mar. 16 févr. 2021, 20:38

Membre enregistré #11260

Résidence: Bergerac
Modèle :1200S
Messages: 121
Un vrai conteur notre ami, je le suis régalé. Merci pour ce partage. Pour le freinage j'ai opté pour un nettoyage freins avec du nettoyant spécifique. Après remplacement de tous les joints et graissage en règle. Contrôle des disques montage de plaquettes ebc hh, mon freinage est transformé je freine a un doigt sur le roulage courant et deux si je tord de caoutchouc en campagne.
Pour plus de maniabilité j'ai fait comme toi sur la fourche et descendu les tubes dans les tés, combiné à mon guidon large ça transfiguré la machine un peu trop chopper a mon gout d'origine.
 
 




© Bandit-forum.com 2006-2020 - Créa: www.babtb-creation.com - Facebook: Page Officielle FB